Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

Placé sous l'autorité du chef mécanicien, le mécanicien à la pêche s'occupe des machines, appareils et équipements du navire. Il participe également aux opérations de pêche, au traitement des captures, à l’entretien et à la sécurité du navire et à la sauvegarde des personnes.

Depuis de nombreuses années, à la pêche, il y a un besoin général de main d’œuvre qualifiée, notamment de mécaniciens. Ce métier offre de bonnes perspectives de carrière, avec de nombreuses offres d'emplois et des salaires souvent attrayants.


Activités

Le mécanicien à la pêche exerce son activité sur les navires de pêche. Ses interventions varient en fonction de la taille des navires. Sur les petites unités, il participe à l'ensemble des activités (actions de pêche comprises). Sur les embarcations plus grandes, il s'occupe principalement des machines (moteurs, pompes, etc.), des installations (électriques, frigorifiques, etc.) et des apparaux (pêche, navigation, etc.).

Conduite des machines et entretien général du navire

C'est la fonction principale, parfois la seule, du mécanicien qui nettoie, range, démonte, remonte, entretient et répare les installations (mécaniques, hydrauliques, frigorifiques et électriques), les appareils propulsifs, les auxiliaires de coque et les apparaux de pont (treuils, portiques, ancres, chaînes, guindeaux....). Il vérifie et refait le niveau des caisses à combustibles et des lubrifiants. Enfin le mécanicien participe à l'entretien général du navire en mer, les grosses réparations se faisant au port.

Pêche et traitement des captures

Le mécanicien aide à la préparation, la mise à l'eau et la relève des engins de pêche (chaluts, dragues, casiers, palangres, etc...). En cas de besoin, il prend part aux activités du pont et au traitement des captures. Au port, il participe au déchargement de la pêche et au chargement des vivres et approvisionnements.

Sécurité

La sécurité de l’équipage dépendant parfois d'une seule personne, cet aspect du métier est vital, et la formation à la sécurité indispensable. Comme chacun à bord, le mécanicien participe aux exercices de sécurité et à la prévention des risques. La fourniture d'énergie, indispensable à la sécurité du navire dépend du chef mécanicien sous les ordres duquel il travaille.


Qualités requises

Ce métier implique un rythme de travail particulier, aux horaires atypiques dictés par l'environnement et les exigences de la production.

Pour être mécanicien à bord d'un navire de pêche, il faut évidemment aimer et connaître la mécanique (l'électricité, l'électronique, etc.), mais aussi :

  • être apte physiquement ;
  • être capable de vivre en collectivité dans un espace restreint ;
  • aimer travailler en équipe ;
  • posséder une bonne résistance à l'effort.

Salaires et conditions de travail

A la pêche, les salaires dépendent des captures, du prix du poisson et de celui du carburant.

Après déduction des charges du navire, le mécanicien à la pêche reçoit une part des prises qui peut aller de 1 500 euros à 3 800 € bruts/mois (exceptionnellement). Les salaires varient donc selon l'espèce pêchée, le type de pêche et la taille du navire.

Les conditions de travail sont parfois physiquement difficiles et très variables selon le navire et la météo.

    Les conditions de travail dépendent en effet :

    du climat des zones de pêche :

    Océan Atlantique, Manche, Mer du Nord, Méditerranée, Océan Indien, Océan Pacifique, Mer des Caraïbes ;

    de la météo et de la saison :

    exposition au froid, au vent et aux vagues sur le pont, au bruit et à la chaleur à la machine, à l'humidité partout ;

    des caractéristiques du navire :

    un mécanicien peut embarquer sur des navires de pêche de toutes tailles, de moins de 12 mètres à plus de 50 m, et de toutes puissances, de moins de 250 kW à plus de 8 000 kW ;

    des techniques de pêches utilisées :

    chaluts, casiers, nasses, lignes, filets, sennes, dragues ;

    de la durée d'absence du port :

    de moins de 24 heures en petite pêche avec un équipage de 1 à 3 hommes, jusqu’à plusieurs mois avec un équipage de 50 hommes sur un navire-usine.

    Pendant la marée, le rythme de travail des marins pêcheurs est soutenu. En mer, un navire de pêche est en effet exploité 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Entre chaque action de pêche, les marins conditionnent le poisson ou assurent les manœuvres et les services de quart.

    Suivant le genre de navigation, les marées durent de 1 à 30 jours. Après chaque campagne les marins pêcheurs bénéficient d'une période de congés. En moyenne (ces chiffres peuvent varier fortement) après 24 jours en mer les marins ont le droit à environ 7 jours de congés.


    Formations et carrières

    Avant d'entrer en formation, tout marin doit obligatoirement être reconnu apte physiquement.

    Tout candidat doit passer une visite médicale d'aptitude à l'exercice de la profession de marin auprès d'un service de santé des gens de mer.

    Des formations accessibles à tous

    Les formations pour devenir mécanicien à la pêche sont accessibles dès le collège par la formation initiale (CAP, BEP maritimes, bac pro EMM) ou par la formation continue (CIN, PCMM, mécanicien 750 kW) aux candidats ne possédant aucun diplôme.

    De nombreuses perspectives d'évolution ou de reconversion de carrière

    La formation professionnelle maritime offre aux mécaniciens de nombreuses possibilités de formation continue. A la machine, les niveaux de qualification des brevets correspondent aux limites de puissance du navire : 250 kW, 750 kW, 3000 kW, 8000 kW et 15 000 kW. La formation continue tout au long de la carrière permet de progresser d'un niveau à l'autre. A la pêche la promotion sociale n'est pas un vain mot : un matelot mécanicien, motivé et capable, surtout avec un bon niveau de formation professionnelle initiale, peut devenir chef mécanicien sur des navires de plus en plus puissants, jusqu'à 15 000 kW, c'est-à-dire commander le service machine des plus grands navires de pêche.

    Il peut également évoluer vers la navigation au commerce, le yachting professionnel ou choisir d'exercer un métier à terre.

    En savoir plus sur :
    les formations de mécanicien à la pêche au niveau collège ou à d'autres niveaux.
    les conditions d'aptitude physique.