Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

Salaires et conditions de travail

A la pêche, les salaires dépendent des captures, du prix du poisson et de celui du carburant.

Après déduction des charges du navire, le mécanicien à la pêche reçoit une part des prises qui peut aller de 1 500 euros à 3 800 € bruts/mois (exceptionnellement). Les salaires varient donc selon l'espèce pêchée, le type de pêche et la taille du navire.

Les conditions de travail sont parfois physiquement difficiles et très variables selon le navire et la météo.

    Les conditions de travail dépendent en effet :

    du climat des zones de pêche :

    Océan Atlantique, Manche, Mer du Nord, Méditerranée, Océan Indien, Océan Pacifique, Mer des Caraïbes ;

    de la météo et de la saison :

    exposition au froid, au vent et aux vagues sur le pont, au bruit et à la chaleur à la machine, à l'humidité partout ;

    des caractéristiques du navire :

    un mécanicien peut embarquer sur des navires de pêche de toutes tailles, de moins de 12 mètres à plus de 50 m, et de toutes puissances, de moins de 250 kW à plus de 8 000 kW ;

    des techniques de pêches utilisées :

    chaluts, casiers, nasses, lignes, filets, sennes, dragues ;

    de la durée d'absence du port :

    de moins de 24 heures en petite pêche avec un équipage de 1 à 3 hommes, jusqu’à plusieurs mois avec un équipage de 50 hommes sur un navire-usine.

    Pendant la marée, le rythme de travail des marins pêcheurs est soutenu. En mer, un navire de pêche est en effet exploité 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Entre chaque action de pêche, les marins conditionnent le poisson ou assurent les manœuvres et les services de quart.

    Suivant le genre de navigation, les marées durent de 1 à 30 jours. Après chaque campagne les marins pêcheurs bénéficient d'une période de congés. En moyenne (ces chiffres peuvent varier fortement) après 24 jours en mer les marins ont le droit à environ 7 jours de congés.