Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

Conditions de vie et de travail

Les conditions de travail sur les navires battant pavillon français sont attractives.

Les marins qui embarquent à bord des navires français bénéficient d'avantages sociaux attractifs :

  • congés, salaires, sécurité de l'emploi,
  • longues périodes de congés (équivalent au temps de travail à bord) ;
  • rémunérations attrayantes (de 1200 € bruts/mois pour un matelot à 4 500 € bruts/mois pour un capitaine en début de carrière) ;
  • chômage faible ( au 31/12/07, le taux de chômage chez les officiers était de 5% contre 10% au niveau national) ;

Selon l’activité de transport, les embarquements peuvent durer de quelques jours (ferry) à quelques mois (long cours), toujours suivis d’une période de congés de même durée. Dans un cas, activité (3 jrs) et repos (3 jrs) alternent sur la semaine, dans l’autre sur plusieurs mois.

Dans tous les cas, les exigences du travail à bord, de la sécurité et de la protection de l’environnement demandent toujours, outre des compétences techniques, des qualités de disponibilité, de vigilance, de rigueur, une forte capacité d’adaptation et une aptitude certaine au travail en équipe.

L’équipage est composé d'officiers et de personnels d’appui (ou d’exécution).

Même si l’effectif varie selon le type et la taille du navire, l'équipage d'un bateau est toujours structuré de façon identique :

  • les personnels d’appui, souvent spécialisés (matelots, électriciens, pompistes, ouvriers mécaniciens, maîtres d’équipage, cuisiniers, etc. ) procèdent aux manœuvres (service du « pont ») et à l’entretien des machines et du navire (service de la « machine ») ;
  • les officiers (capitaine, chef mécanicien, seconds, lieutenants, etc.) dirigent et encadrent les personnels du « pont » et de la « machine ».

La formation professionnelle maritime

Pour devenir marin, il faut intégrer un lycée professionnel maritime (LPM), une école nationale de la marine marchande (ENMM) ou un centre de formation agréé. Les lycées et les centres forment les marins d’équipage aux fonctions d’appui ou d’exécution, tandis que les écoles nationales de la marine marchande forment les futurs officiers aux fonctions d’encadrement et de direction.

Les perspectives de carrière sont variées.

Sur la base d’une même formation, suivant le type, la taille et l'activité du navire, les marins peuvent exercer dans le transport maritime plusieurs métiers aux rythmes et aux conditions de travail variés.

Les filières de formation favorisent la mobilité d’un secteur à l’autre, de la pêche au commerce, par exemple, ou du commerce à la plaisance professionnelle.

Enfin le niveau des formations dispensées aux officiers et aux marins, ainsi que l’expérience acquise à la mer leur permettent de se reconvertir sans problème dans les activités à terre du secteur maritime ou para-maritime (entreprises, ports, assurance, courtage, formations, administrations, etc.), et aussi hors de ceux-ci dans des fonctions techniques ou managériales, par exemple.

En savoir plus sur :
les Métiers de la marine marchande
les formations de la marine marchande au pont, à la machine ou polyvalente

Information
Le site est en cours de refonte suite aux évolutions réglementaires en matière de formation professionnelle maritime, certaines informations peuvent être incorrectes. Pour obtenir des informations sur la formation professionnelle maritime, vous pouvez aussi consulter le site du Ministère de la transition écologique et solidaire